Le Spécial Mode de Gala

Publié le par 001212

Je suis une intellectuelle, je lis Gala.

Et comme je sais que vous êtes également des intellectuels, je m’en vais vous entretenir du « Spécial Mode » de Gala.

 Gala-2.jpg

Information de fait périmée puisque de la semaine dernière. Ce n’est pas grave, c’est le fond qui compte.

En parlant du fond, on a failli le toucher avec la pseudo princesse prochainement à l’affiche du Crazy Horse. Qui avoue, modestement, qu’elle est « une bête de scène ». Tu penses.

Bref, là n’est pas mon propos.

Gala a un nouveau rédacteur en chef, Matthias Gurtler. Qui se fend d’un éditorial forcément convenu mais citant tout de même Cocteau, excusez du peu ! Il y a de l’intention mais l’enthousiasme ne suffit pas toujours, faut pas pousser…

Gala a une nouvelle Directrice de la rédaction Mode, Charla Carter, styliste mode et beauté, passée par Madame Figaro et plusieurs Vogue.

Le « spécial mode » de Gala, œuvre éphémère, a été lancé lors d’une soirée champ’ dans l’une des très belles boutiques de l’Eclaireur.

 http://www.kewego.fr/video/iLyROoafMLcV.html 

Chacun y souligne le caractère « portable » des tenues proposées par Charla. J’avais déjà constaté avec intérêt cette même caractéristique effectivement dans les pages mode du Madame Figaro.

Mais, à vrai dire, je n’ai jamais vraiment fait attention aux pages mode des magazines féminins. Présentant des silhouettes aux prix improbables sur des mannequins qui ne le sont pas moins. Même si Chantal Thomass dit que c’est un moyen de « faire son shopping », je ne prêtais finalement attention qu’aux photos.

Qui s’identifie, dites moi, aux pages mode des magazines ? Qui, réellement, fait il « son shopping » en en tenant compte ? Je veux dire qui parmi madame tout-le-monde ? Qui parmi «madame « qui-lit-Gala » ? Plus facile, finalement, de s’identifier à un magazine de décoration, non ? 

Mais, depuis que j’ai revu « The September Issue », film-documentaire sur la réalisation du numéro spécial mode du Vogue USA, je m’intéresse à nouveau à la qualité des pages mode. Et, là, je dois dire, bravo.

 Gala-10.jpgGala-4.jpg

Les thèmes ne sont pas d’une originalité intersidérale, « la romantique », la « working girl », « la fureur de vivre », les modèles sont traditionnellement signés Lanvin, Vuitton, Chanel ou Barbara Bui, mais le tout est, vraiment, de très belle facture !

 Gala-9.jpgGala-5.jpg

Des tenues effectivement accessibles (quand elles auront été passées à la moulinette H&M ou Zara) mais, surtout, je dirais, un certain « respect » de la lectrice : de la série léchée et recherchée, de la belle photo avec des photographes de qualité, tels Torkil Gudnason ou Caroline Knopf (ne vous laissez pas impressionner, je ne les connaissais pas plus que vous, je suis juste allée papillonner sur internet pour en apprendre plus sur eux – je vous l’ai dit, je suis une intellectuelle, je lis Gala), de belles coiffures et de beaux maquillages, bref du beau travail, dont on sent qu’il n’a pas été réalisé à la va-vite.

 gala-8.jpg

Tout cela pour vous dire que je ne vais pas forcément illico porter des chemises à carreaux ou des bottes en poils de moumoutes parce que j’ai lu Gala, mais je trouve bien, et je voulais donc le souligner, que dans un magazine aussi grand public, peu cher (2,20€), on puisse avoir accès à une certaine forme d’expression artistique de qualité… 

C’est alambiqué, mais c’était pour dire que, même si je n’ai pas eu de champ’, le spécial mode de Gala, il était tout à fait à mon goût !

D’ailleurs, comme je suis bonne camarade et partageuse, j’offre mon exemplaire à qui l’aurait manqué et se roulerait par terre de désespoir… Ecrivez moi à contact@bijoux001212.com…

Commenter cet article