Le scandale des magasins au papier kraft

Publié le par 001212

On a les indignations qu’on peut.

Ah ça, ce n’est pas à New York que cela arriverait. Car, même si le slogan de « ville qui ne dort jamais » est peut être un peu exagéré, jamais on ne verrait un tel scandale !

Je veux parler des boutiques, fermées au mois d’août, qui barbouillent leur vitrine de papier kraft, de morceaux de papier de soie scotchés à l’arrache. Et qui rendent nos villes désertées hideuses !

Je veux bien que les responsables et autres vendeuses de ces boutiques aient besoin de prendre des vacances. Je comprends aussi que les coûts pour maintenir un point de vente ouvert alors que toute la clientèle semble avoir migré vers L’Ile de Ré, Saint Trop’ ou Petit Quevilly puissent être décourageants comparés aux chiffres d’affaires anorexiques du mois où la France de l’intérieur s’arrête.

Mais les photos suivantes n’ont pas été prises à Triffouillis les Deux Cocottes, elles ont été prises rue de Courcelles, Paris 17ème. Pas cher au Monopoly mais cher-cher dans les agences immobilières pour de vrai.

 Vitrines-Papier-copie-1.jpg

Attention, comme vous le voyez, je ne vous parle pas de bouibouis ou de boutiques qui n’ont pas de moyens...

Mais, pourquoi ces gens font ils cela ? Pourquoi transforment ils leur magasin en annexes de dépôts de zone industrielle en cours de désamiantage ? N’ont ils pas le sentiment de dévaloriser leur outil de travail ? Suis je la seule à m’indigner ??

 Pharmacie.jpg

Même les pharmacies s’y mettent ! Le cafetier d’à côté en profite d’ailleurs pour grignoter deux petits mètres pour allonger sa terrasse, l’air de rien… !

Mais ne croyez pas que le jem’enfoutisme s’arrête là. Non, non. Car, la plupart du temps, au cas où on n’aurait pas compris que ce sont les vacances et que le vilain papier ne signifie pas que le patron serait parti avec la caisse,

(quoique, quand on voit ça,

 Magasin-vide-copie-1.jpg

on se demande un peu : faut il VRAIMENT vider tout le magasin parce qu’on part bronzer au Cap d’Agde ?)

nous avons droit aux affichettes informatives. Alors, là, préparez vous à la honte du siècle…

 Affiches-copie-1

Cela va du mot écrit à la va vite sur une page de cahier d’écolier, fixé avec un scotch tout tortillé, à l’affiche moche manuscrite avec les « phôtes » de rigueur… Je demande : l’ordinateur n’a t il pas envahi nos vies ? L’adjectif ne s’accorde t il plus, fin juillet, avec le nom qu’il qualifie ??

Là je sens que je fais ma mégère… Il est temps que j’arrête.

C’est un drame, tout de même, pour quelqu’un qui n’aime pas le fromage, d’être obligée d’avouer que  la seule boutique qui ait su trouver grâce à mes yeux soit celle… d’un fromager ! Qui, comme vous le constaterez, est obligé d’indiquer à sa clientèle que, lui, sera ouvert tout l’été…

 fromagerie.jpg

Monde à l’envers…

Publié dans Paris

Commenter cet article

J-P.G 24/08/2010 11:12


Une solution serait de partir à la même saison à St-Trop car la bas, c'est justement la pleine saison pour les magasins et donc les vitrines rivalisent de moyens pour appâter la clientèle.


001212 24/08/2010 17:29



D'accord, tous à Saint Trop' !!