La folie des Vide Dressing !

Publié le par 001212

Tout est parti d’une discussion business avec Charlotte : grande amatrice de brocantes et vide greniers devant l’Eternel, elle a déniché le week end dernier un petit sac Chanel pour pas cher du tout. Vrai, faux ? La question étant d’importance, nous nous interrogeâmes un moment.

De fil en aiguille, de « j’ai plus d’sous » en « j’ai fait des folies aux ventes privées j’aurais pas dû », nous sommes arrivées sur la question cruciale des « vide dressing ».

Aucune des choupettes qui s’adonnent à cette activité furieusement tendance n’a réellement de « dressing » mais « vide placard », « vide penderie » et « vide commode », ça fait moins chic ! Va pour vide dressing.

Quand j’étais petite, au temps où internet n’existait pas, les « vide dressing » étaient des boutiques plus ou moins jojo où la madame du coin venait déposer qui son carré Hermès, qui le tailleur Chacha de Mamie. Quand l’objet était vendu, la madame récupérait trois sous. Les souliers étaient largement portés, pas très ragoûtants et le sac Vuitton avait bien vécu. Mais les marques étaient de haut vol. C’était un dépôt vente quoi !

De « dépôt vente » à « vide dressing » on a gagné en glamour, vous avouerez !

Il existe encore quelques boutiques de ce genre, à Paris notamment, rue de Courcelles ou ailleurs.

Mais ces boutiques ont du être terrassées par les « vide dressing » made in internet.

Comme un blog se doit d’être informatif, j’ai fait quelques recherches sur ces sites.

Quelle ne fut pas ma surprise quand j’ai découvert que ce n’était pas 1, 10 ou même 100 sites qui traitaient du sujet mais des centaines ! Recensés dans des blogs-annuaires, avec infos telles que taille et pointure de la blogueuse.

Voir notamment

Capture-d-ecran-2010-10-26-a-14.05.54.png

http://annuairedressings.blogspot.com/, ou même

Capture-d-ecran-2010-10-26-a-14.05.20.png

http://www.CoinDressing.com/videdressing/, au Canada !

Au début j’étais un peu moqueuse. Pfff, quelle idée d’aller vendre ses fringues ! Quelle idée, surtout, d’aller acheter des fringues usagées (et des chaussures surtout) !

Mais je revois mon jugement et je suis épatée par la débauche de créativité que cela représente : faire des articles, faire des photos, se démarquer, donner envie, du marketing à tous les étages, de la bricole parfois, mais que d’énergie déployée ! Là, j’applaudis des deux mains ! Toutes ces petites « nanas » qui se donnent du mal, ça me plaît beaucoup !

Mais je me dis aussi que tout cela est tout de même très représentatif de notre époque : les différents objets sur ces sites sont souvent très peu usagés ou parfois neufs. Ils dénotent surtout de la frénésie de mode dont sont capables ces (jeunes) femmes : de la fringue, de la shoe, du sac, de la marque à gogo. Est ce utile toute cette débauche de mode ? Que cherche t on ? A quoi rêve t on ?

De porter une fois des chaussures ou une robe ? Pour changer ? Comme Lady Di, qui ne portait jamais deux fois la même tenue et qui gérait le tout sur ordinateur ?

De pousser sans cesse la porte des boutiques de luxe, pour le plaisir d’en sortir avec le sac siglé ?

D’épater ses copines ?

De pousser à l’extrême le concept de « périssabilité » de la mode ?

Le monde va trop vite, mes agneaux, la mode va trop vite.

LVMH rachète Hermès (ou tout comme). Le luxe jetable rattrape le «vrai luxe ». Au secours. A force de banaliser le rêve, vos dressings ne vaudront plus rien mes cocottes…

D’autant que la mode étant avant tout une industrie (et une industrie fondamentale pour la France, cocorico !), certains ont compris ce que l’on pouvait tirer de cette tendance et voici la naissance de sites qui professionnalisent le vide dressing (voir

Capture-d-ecran-2010-10-26-a-14.06.22.png

www.vestiairedecopines.com), marges (très) confortables à l’appui…

Finalement, avec du vieux on fait du neuf, avec du neuf on fait du vieux, les placards se vident et les tiroirs caisses se remplissent !

Bon, c’est pas tout ça, mais il faut que j’aille faire l’inventaire moi : bien deux ou trois paires de shoes à vendre non ?!

Commenter cet article